Les Préparations de Rudolf Steiner dans le contexte

Vue d’ensemble:

L’Agriculture – Pourquoi s’en occuper?

Aujourd’hui, on peut acheter tout, tout trouver et commander sur internet. Tout est bien organisé, est mis dans les mains des spécialistes. Pourquoi est-ce qu’on devrait s’occuper d’une matière tellement ordinaire comme l’agriculture?

Cultiver la terre, planter, garder des animaux, c’est la base matérielle de la vie de tous de nous. Avec l’agriculture, nous pouvons produire ce qu’il nous faut pour vivre: Les aliments, des vêtements. etc. Et tout d’une manière durable. C’est pourquoi elle était pour des milliers d’années au centre de notre culture.

De plus en plus elle est organisée d’après des principes inadaptées, même nuisibles pour la vie.

L’avantage: Nous sommes libres à nous occuper d’autres choses.

Mais nous nous éloignons plus et plus de nos bases matérielles vitales. Manipulation externe des intérêts vitales. La nature est surchargée et détruite, la qualité des aliments s’abaisse.

Les sources de notre culture et notre futur sont en danger.

Il faut changer.

Comme consommateurs et consommatrices, nous décidons avec notre achat quelles méthodes de production nous voulons supporter. Donc: Acheter d’une manière consciente! Ce n’est pas partout facile.

Au surplus, nous-mêmes nous pouvons agir d’une manière constructive: L’agriculture et le jardinage sont souvent réstrictées à certaines groupes de personnes. Il ne faut pas insister à une telle séparation.

To top

Pourquoi des préparations agricoles?

La nature

La nature pure sans influence de l’homme n’existe plus. Sans travailler la terre, l’humanité n’aurait pas pu se développer. Homme et terre ont fait un développement commun.

L’eau de pluie, le gaz carbonique, le vent, le gel décomposent le sous-sol minéral.

L’érosion élimine les produits. Cela n’a pas de stabilité.

Un sol fertile est le produit des milliers d’années de travail de construction par les plantes. Leurs racines fixent les produits de l’érosion. Leurs feuilles protègent le sol de la chaleur et de la désiccation, des gouttes de pluie et de l’érosion par le vent.

Les plantes apportent de l’énergie et des substances dans le sol: Avec l’aide de la photosynthèse, elles produisent de l’oxygène et des substances pour les racines et les exsudats des racines: Des carbohydrates, des acides organiques etc.

La vie du sol se nourrit de ces excrétions et des débris des plantes. Les champignons et microbes attaquent les pierres avec les acides organiques. Elles extraient des minéraux pour eux-mêmes et pour les plantes.

La vie du sol peut aussi procurer d’autres substances de l’environment aux plantes.

La pédofaune transforme des exsudats des racines et les débris des plantes en humus.

L’humus augmente la capacité du sol à accumuler de l’eau.

La vie du sol crée aussi de l’argile: Un minéral qui n’est pas très stabile, non homogène, hygroscopique. L’argile peut accumuler des minéraux et les mettre à disposition des plantes.

Les animaux, avant tout les ruminants qui mangent des plantes, ont une grand influence sur la végétation. Avec leur fumier ils aident à la formation de l’humus.

Un sol fertile a aussi une influence positive poue le climat. La couche supérieure de la terre avec ses plantes peut absorber et dégager beaucoup d’eau – et comme ça aussi beaucoup de chaleur. Cela a une plus grande importance pour le climat que le gaz carbonique.

L’homme

Déjà les cueilleurs ont une influence sur la flore. La chasse change la faune et comme conséquence aussi la flore.

Une prochaine étape est la culture des plantes sauvages, et une autre la culture, la sélection de certaines qualités dans les plantes.

La domestication a familiarisé les animaux avec les hommes. L’élevage a changé leurs qualité.

La maîtrise du feu est une des capacités principales des premiers hommes. Avec du feu on peut cuire la nurriture. On peut aussi défricher pour des cultures et das pâturages, chasser du gibier etc. Cela avait une grande influence sur la végétation.

Les hommes ont crée des biotopes: Avec des haies, des clôtures et des remparts protectives contre les animaux sauvages, pour la protection contre le vent et le soleil, pour retenir la chaleur. Drainage de l’eau en excédent, irrigation. Protection contre l’éboulement de terrain et d’autres dangers.

Culture de la terre: Ameublir le sol apporte de la lumière et de l’air dans la terre, il facilite l’enracinement des plantes.

Avec le bâton à fouir etc. on peut s’occuper mieux des plantes individuelles. La charrue était au début un crochet en bois avec traction animale. Elle permettait de cultiver des plus grands champs et d’une manière plus ou moins uniforme. Cela peut poser des problèmes.

Le fumage: Avec la nourriture, on retire des forces et des substances du sol. Avec le temps il peut s’appauvrir. On peut agir contre avec des friches, des rotations des cultures et le recyclage des matières organiques.

En cas idéal on nourrit la vie du sol et elle nourrit les plantes.

En Europe centrale, l’agriculture mixte s’est développée: Des combinaisons d’agriculture et élevage, des rotations des cultures avec des céréales, des plantes sarclées, des graminées et des légumineuses. Et des relations bien équilibrées entre forêts et terrains découverts.

Dangers

Le fumage avec des substances isolées peut augmenter le rendement, mais peut aussi déséquilibrer la pédofaune et peut affaiblir les plantes cultivées.

Il y a des organismes qui décomposent des plantes mortes, des feuilles mortes etc. pour les re-intégrer dans la vie du sol. Ils peuvent aussi attaquer des plantes affaiblies. C’est une des causes pour les maladies des plantes. Comme contre-mesure, on peut fortifier les plantes et favoriser les équilibres.

Si on tue des organismes nuisibles avec des poisons, on peut agrandir le déséquilibre.

L’application régulière des fongicides peu éliminer les champignons qui sont une partie importante de la vie des sols. Les insecticides peuvent aussi attaquer les abeilles, etc.

L’agriculture industrielle et des autres activités humaines sont nuisibles pour l’environment.

La vie des sols périt, la fertilité naturelle des sols aussi. Même le climat souffre.

Les plantes qui poussent quand-même ont souvent une composition altérée des nutriments qui est moins favorable pour l’homme et les animaux. En combinaison avec l’élaboration industrielle et la raffination des aliments cela peut provoquer des maladies de civilisation.

Quelques civilisations périssaient parce que leur agiculture détruisait la terre. Souvent ils ont défriché trop de forêts.

Une irrigation excessive peut aussi ruiner la terre.

Que faire?

L’agriculture biologique et la diminution de la pollution sont des pas dans le bon sens.

Cela ne suffit pas partout. Le sol et les plantes ont besoin de l’aide supplémentaire: Avec les Préparations.

 

To top

Les Préparations de Rudolf Steiner à fertiliser

Souvent elles sont appelées „Préparations Bio-Dynamiques“

On peut les appliquer partout. Rudolf Steiner les a présentées dans son cours aux agriculteurs de 1924. Il y a aussi proposé d’ autres mesures qui supportent les Préparations et qui sont supportés par elles. (Voir en bas: La méthode Bio-Dynamique)

Elles sont éprouvées, mais pas encore entièrement explorées.

Elles contiennent des microbes, des hormones et peut-être on peut découvrir plus. Elles sont des porteurs de forces que certaines gens appellent „informations“. Ce sont des forces spirituelles qui se manifestent sous multiples formes dans le monde physique.

Les Préparations n’ont pas partout le même effet: Elles peuvent aider à faire fertile des déserts et des sols dégénérés. Et elles aident à stabiliser des sols fertiles, à stabiliser les rendements.

Il y a deux groupes de Préparations:

Les deux Préparations à pulvériser: 500 Bouse de Corne et 501 Silice de Corne.
Les six Préparations pour le compost: 502 Millefeuille, 503 Camomille, 504 Ortie, 505 Écorce de Chêne, 506 Pissenlit, 507 Valériane.

Nous travaillons avec des matières et méthodes naturelles qui sont conformes à la nature et à l’agriculture. Et nous nous occupons de la terre, des plantes, des animaux et des forces qui règnent la nature.

Pour quelques travaux, comme pour l’élaboration des Préparations, il faut des connaissances spécifiques. Mais pour leur application, la préparation des composts par exemple, et avant tout pour le brassage des Préparations à pulvériser, (presque) tout le monde peut s’engager.

Effêts qu’on peut lier à l’application de ces Préparations

Ces Préparations s’accordent à une conception générale. Des forces spirituelles agissent dans la matière. Elles soutiennent les forces organisatrices et constructives de la nature. La vie du sol, les plantes et les animaux sont fortifiées. La qualité des aliments est améliorée. Les effets sont complexes. Les intentions des utilisateurs et leurs autres mésures ont une influence.

Une terre vivante a une grande diversité des microbes etc., elle a une meilleure structure, est facile à travailler, peut mieux gérer l’eau et les nutrients. Les plantes ont des meilleures racines, poussent mieux, ont une meilleure santé. Aussi les animaux ont une meilleure santé. La qualité des produits est meilleure, ils sont plus savoureux et nourrissants.

On peut aussi diminuer les effets secondaires de quelques méthodes problématiques. Dans une situation de reconversion, cela pourrait être un avantage. Mais au long terme, c’est contradictoire: Avec une main, on détruit la vie de la terre, et avec l’autre, on essaye à la sauvegarder.

On ne peut pas combiner avec toutes autres préparations et méthodes. Si celles ne sont pas conforme à la conception de Rudolf Steiner, on peut même risquer des problèmes.

To top

Les six Préparations pour le compost

Ils sont élaborés à partir de:

Application des Préparations pour le compost

Buts: Rendre plus vivant et revaloriser les engrais: Moins de pertes de substances nutritives, meilleure transformation et formation d’humus.

Application aux engrais: On les applique aux composts, fumiers et les engrais liquides: purin, lisier, purins des plantes. De chaque préparat on prend une prise de 1 à 2 grammes pour un tas ou dix mètres cubes.

Photo: Là où il y a un pot, on met le préparat correspondant. On fait un trou d’environ un demi-mètre de profondeur et on y met le préparat d’une manière qu’il est en bon contact avec le substrat.

À la fin, avant de couvrir le tas (ici avec le non-tissé vert), on applique le préparat Valériane dilué avec de l’eau chaude sur le tas de fumier.

P.S.: Le compostage est vital. Souvent c’est sous estimé et negligé. On peut re-intégrer des substances qui sont tombées hors de la vie. Ça soutient la vie de la terre, apporte du charbon et d’autres substances à leur place.

Pour les débutants: Si on veut commencer à travailler avec les Préparations, c’est une bonne idée de commencer avec du compost. Appliquer les six Préparations est facile à faire. Si on a deux tas, on peut préparer uniquement un seul et comparer les résultats.

Application directe de ces six Préparations sur les champs etc.: Comme Préparations collectives: le Compost de Bouse Maria Thun (CBMT), CPP, 500p, etc.

To top

Les deux Préparations à pulvériser

La Bouse de Corne

Élaboration: On met de la bouse de vache dans des cornes de vaches et laisse la mûrir pendant l’hiver dans la terre.

N.B.: C’est le moment où la préparation reçoit les forces cosmiques. Il ne faut pas les ajouter plus tard.

Tâches: Rendre plus vivant la terre et faire pousser les plantes d’en bas.

Appliquer quand: Rudolf Steiner avait proposé à faire ça aux semences. On l’applique aussi à d’autres occasions, p.ex. si l’herbe est fauchée ou broutée ou si on veut revitaliser la terre et faire pousser les plantes.

Dépendant de la situation, on l’applique une ou plusieurs fois dans l’année.

Comment appliquer: On la brasse pendant une heure avec de l’eau et on l’applique normalement en grosses gouttes sur la terre.

La Silice de Corne

Photo: Grotte de cristaux de roche, 800 mètres sous terre, à Gerstenegg près Guttannen/BE (Acces: www.grimselwelt.ch)

Élaboration: On met du poudre de quartz, silice, orthose dans des cornes de vaches et laisse le mûrir pendant l’été dans la terre.

N.B.: C’est le moment où la préparation reçoit les forces cosmiques. Il ne faut pas les ajouter plus tard.

Tâches: A une relation à la lumière et à la chaleur. Se complète à la Bouse de Corne. Soutient les plantes dans leurs différentes stades de développement. Grace à la la stimulation de la photosynthèse, les plantes nourissent la vie du sol avec leurs exsudats racinaires.

Appliquer quand: Sur les plantes croissantes et mûrissantes. On peut appliquer plusieurs fois. Dans des situations de sécheresse, il faut faire attention: Arroser d’avance; une application de la Bouse de Corne d’avance peut diminuer des risques.

Comment appliquer: On la brasse aussi pendant une heure avec de l’eau et on l’applique en fines gouttes comme un brouillard.

To top

Brasser („dynamiser“) les Préparations à pulvériser

On fait ça directement avant l’application

On les mélange d’une manière intensive avec de l’eau en brassant.

  • On tourne vite à la périphérie du récipient jusqu’à tout soit en rotation et un cratère profond se forme. (voir à gauche)
  • On change vite de direction que ça bouillonne très intensif. (voir à droite)
  • On tourne dans l’autre sens etc., et on continue pour une heure sans interruption.

Ce récipient est transparent. Pour les photos, je n’ai pas ajouté de préparation qui pourrait troubler l’eau.

Vidéos: Brasser les préparations ...

Ce brassage de la Bouse de Corne et de la Silice de Corne

Nous transformons notre volonté en action et nous lions les forces cosmiques dans les Préparations avec les forces terrestres. C’est mieux si ce travail est fait par des personnes avec un MOI individuel, pas par des machines.

Rudolf Steiner avait proposé de brasser ensemble avec des invités, aux dimanches, avec du divertissement. À ce brassage peuvent donc aussi participer des personnes qui ne travaillent pas à la ferme.

On peut regarder ça comme un travail normal ou comme un rituel.

Souvent, des producteurs n’ont pas assez de personnel. C’est pourquoi on laisse brasser les machines ou on simplifie le travail.

Liens

Instructions pour le brassage:

Pulvérisateurs:

Sur l’élaboration et l’application de ces Préparations:

To top

Le stockage des Préparations

Si on utilise les Préparations immédiatement après qu’on les a reçu ou sorti de la terre, il ne faut pas d’installations pour le stockage.

Si on laisse les Préparations lors de l’élaboration dans la terre jusqu’à l’application, la vie du sol peut les eliminer.

Rudolf Steiner avait proposé de mettre la Bouse de Corne dans des caisses recouvertes de tourbe.

Le Stockage de la Bouse de Corne et des Préparations pour le Compost

On les stocke entourées de tourbe. La meilleure méthode pour éviter le contact direct entre les Préparations et la tourbe, mais aussi la plus compliquée, c’est de faire des caisses avec des doubles parois et couvercles et d’enfermer la tourbe entre les deux parois. On met les Préparations dans des récipients en verre ou grès et les met dans la caisse.

Il semble que des préparations humides („colloidales“) semblent être plus efficaces que des préparations sèches. Mais ce n’est pas encore vérfifié par des tests scientifiques. Donc c’est possible que des autres facteurs ont aussi une certaine influence.

On peut construire des caisses soi-même, ou les acheter chez www.biodynamie-services.fr

Dans mon livre, je donne des instructions pour la construction et aussi des déscriptions d’autres méthodes de stockage.

Le Stockage de la Silice de Corne

Rudolf Steiner avait dit que ça serait bon si elle était illuminée par le soleil. Normalement on la stocke dans des verres transparents dans un endroit ensoleillé, p.ex. sur un rebord de fenêtre. Attention: Les chats peuvent faire tomber les verres!

P.S.: Substitution de la tourbe?

À cause de l’exploitation abusive de la tourbe, elle est mise en question. Mais nous avons besoin de relativement peu de tourbe, et elle peut servir pour des années, même des décennies.

Il y a des gens qui font des recherches sur les forces formatrices avec des méthodes de l’imagination. Ils disent que les fibres des noix de coco sont meilleures. Peut-être. Mais cette méthode est relativement neuve. La source et l’interprétation de ces imaginations sont très délicates. Je ne connais pas encore des recherches avec une autre méthode qui confirment ces recherches et qui vont aussi jusqu’à l’effêt sur la qualité des produits.

 

To top

Quelques indications sur les quantités

comme illustration

Quantités d’eau

Dans un jardin familial: On prend un récipient dans lequel on peut brasser d’une manière agréable (contenu 10 - 30 litres), on le remplit à moitié et on distribue le liquide d’une manière aussi égale que possible sur le terrain resp. les plantes.

Dans l’agriculture, pour des grandes surfaces: On peut prendre 20 - 30 litres par hectare. Pour des parcelles qui sont cultivées d’une manière intensive (culture maraîchères p.ex.) on peut prendre plus. Sur des surfaces extensives et mal accessibles, j’ai déjà diminué à cinq litres par hectare.

On préfère de l’eau de meilleure qualité, p.ex l’eau de pluie propre.

Quantité des Préparations

Bouse de Corne: Un standard répandu est 100 grammes par hectare. Après quelques années d’application avec succès et des bonnes résultats, on peut diminuer la quantité.

Pour un jardin familial on peut prendre 25 - 30 grammes.

Silice de Corne: Un standard est deux grammes par hectare. Ici aussi: Il y a des recommandations diverses.

Pour un jardin familial: Une pincée.

Des préparations pour le compost: Ce qu’on peut prendre avec trois doigts; un à deux grammes de chaque préparation.

En général

Il y a des gens qui préfèrent des indications exactes; des autres préfèrent à travailler d’après leur intuition. Les indications varient. Je veux uniquement donner une idée générale.

Il est plus efficace si on applique plusieurs fois que d’appliquer une fois une grande quantité.

La quantité d’eau, la méthode de brassage, la forme du récipient et sa grandeur, la grandeur, les forces et l’endurance des personnes qui brassent – tout est en mettre en relation.

P.S.: La prêle

Rudolf Steiner l’avait recommandée comme prévention contre les champignons nuisibles.

On fait une décoction de l’herbe, dilue-la et l’applique d’une manière préventive sur la terre. (En cas d’urgence, elle est aussi appliquée sur les feuilles.)

Elle n’est pas chez tout le monde de la même importance.

To top

La méthode Bio-Dynamique

En principe, on peut appliquer les Préparations de Rudolf Steiner partout. Mais ils sont plus efficaces si on les combine avec des mesures complémentaires.

Rudolf Steiner avait donné en 1924 un cours entier sur l’agriculture. Il est fondé sur l’anthroposophie qu’il avait inaugurée.

* Steiner, Rudolf: Landwirtschaftlicher Kurs. Geisteswissenschaftliche Grundlagen zum Gedeihen der Landwirtschaft. Rudolf Steiner Verlag Basel. Gebunden: GA 327, 8. Auflage 1999 / Taschenbuch Nr. 640, 2005.

Traductions actuelles: Démarest-Oelschläger, Ilse: Le cours aux agriculteurs. Novalis, Montesson 2013.

Bideau, Marcel + Durr, Gilbert: Agriculture. EAR Yvedon 2006.

Ce cours est la base de l’agriculture Bio-Dynamique. Elle est répandue et éprouvée dans le monde entier.

On traite l’entreprise agricole comme une individualité, un organisme qui est productif d’en soi-même.

Les forces cosmiques et terrestriques agissent ensemble; il faut les mettre en équilibre.

Cela veut dire

To top

Demeter®

C’est la marque régistrée pour la distribution des produits Bio-Dynamiques. Les propriétaires sont des organisations Bio-Dynamiques dans le monde entier.

La cultivation et la transformation sont réglementées et controlées, adaptées aux condition politiques et économiques.

N.B.: Grace à cette marque nous savons ce que nous achetons, et donc aussi ce que nous soutenons, aussi si nous connaissons pas les producteurs personellement. Mais on peut appliquer les Préparations de Rudolf Steiner et suivre les directives de la méthode Bio-Dynamique aussi sans certification par Demeter, donc aussi dans des jardins familials et ornamentaux, des parcs, des forêts etc.

To top

Production journalière d’une ferme Bio-Dynamique

près de Berne; avec agriculture et vaches laitières

126 kg de lait,

4.38 kg de viande: bétail et agneau,

4.2 kg de céréales: blé et seigle,

49 kg de pommes de terre,

10 kg de fruits et légumes.

Si les céréales sont consommées comme pain complet, cela donne 2’400 kilocalories (kcal) pour 110 personnes par jour.

Achats par année: 1’000 l de diesel, 200 l d’essence, 1’400 kg de farine de roche primitive, 100 kg de sel pour le bétail, 30 kg de soude (pour le nettoyage de la trayeuse etc.), 15 - 20’000 kWh d’électricité pour la lumière et les moteurs.

(Albert Remund 1992 dans Stappung 2017 p.27)

Mes calculs: Production journalière d’aliments avec 264’000 kcal. Achats: ca. 70’000 kcal d’énergie (électricité et carburants): Production netto: 194’000 kcal par jour.

Cette ferme a besoin de 120 mètres carrés de terre arable pour nourrir une personne. Donc: Elle peut bien nourrir huit personnes par hectare agricole.

N.B.: Chauffage de la maison avec du bois de la propre forêt.

Les chemins de transport pour la transformation et la distribution sont courts. C’est aussi un aspect positif.

To top